8 difficultés (et solutions) du retour aux études à l’âge adulte

Il faut le reconnaître : retourner aux études quand on est adulte, ça représente tout un défi. Par contre, c’est loin d’être insurmontable! Afin de comprendre comment passer au travers, voici 8 raisons qui expliquent pourquoi c’est difficile.
Qu’on ait déjà pris action ou bien qu’on soit en pleine réflexion, recommencer l’école à l’âge adulte nécessite beaucoup de persévérance. Parfois, on a des doutes à propos de nos capacités. On s’inquiète aussi de l’impact sur nos proches. On se demande même si le corps va suivre!
Toutes ces questions ont leurs raisons d’être. En effet, vaut mieux s’interroger que de foncer tête baissée! Ça permet d’être bien préparé, de ne pas abandonner au premier obstacle. Chez ChallengeU, on préfère une approche réaliste pour bien informer nos étudiants. C’est pourquoi on te présente ces 8 exemples de difficultés possibles de vivre durant ton parcours. En les connaissant à l’avance, ce sera plus facile de passer au travers!

Difficulté nº1 : La certitude de ne pas être capable

On a tendance à amplifier des défauts ou de fausses croyances à propos de soi-même. On est même souvent notre pire ennemi! Parfois, il arrive qu’on se dise : «Je ne suis pas assez bon», «Je ne vais jamais y arriver». Il faut se souvenir que ce n’est pas la réalité, même si on finit par le croire.
À d’autres moments, ce sont des gens de notre entourage qui nous découragent sans le vouloir. Certaines personnes s’inquiètent un peu trop pour nous. Elles peuvent avoir peur des impacts du changement dans nos vies. Mais une chose est sûre : que les pensées négatives viennent des autres ou de nous-mêmes, il ne faut pas les écouter!
De toute façon, c’est prouvé que les adultes qui poursuivent leurs études réussissent très bien. En moyenne, leurs notes sont même meilleures que les élèves qui n’ont jamais quitté l’école!

Difficulté nº2 : La peur de l’échec

La peur de l’échec est liée à la difficulté #1, à la crainte de ne pas être à la hauteur. Ce dossier de l’Université Laval explique qu’on fait souvent le lien entre notre réussite et notre valeur personnelle. Par exemple, on va se dire : « Si j’ai un échec, ça confirme que je ne suis pas assez bon pour finir mon secondaire ». C’est le genre de pensées qui ne laisse pas beaucoup droit à l’erreur!
Cette peur va donc amener un stress supplémentaire. Pour certains, elle va même empêcher de fonctionner normalement et mener à des difficultés d’apprentissage. Ce qui va ensuite confirmer la fausse croyance de ne pas être à la hauteur. C’est ce qu’on appelle un cercle vicieux!
Pour s’en sortir, il faut se rappeler qu’on est aux études pour améliorer ces connaissances et apprendre. Même si on a un échec à un examen, c’est simplement le signe qu’on a des ajustements à faire dans notre façon d’étudier. Et qu’on fera mieux la prochaine fois. Tu peux consulter notre article à ce sujet!

Difficulté nº3 : Un cerveau moins efficace

En vieillissant, on a tous l’impression d’avoir l’esprit moins vif qu’avant. Et ce n’est pas juste une impression, c’est même un fait prouvé scientifiquement! En effet, contrairement à nos ongles ou à nos cheveux, les cellules de notre cerveau ne se régénèrent pas beaucoup. La production de nouveaux neurones est même presque complètement arrêtée à l’âge adulte.
Mais ce n’est pas tout à fait vrai! Ce qui cause vraiment un ralentissement, c’est que les connexions entre nos neurones diminuent avec le temps. C’est comme si l’électricité d’une maison fonctionnait, mais n’arrivait plus à se rendre aux ampoules. La bonne nouvelle? En fait, les scientifiques ont découvert que les activités stimulantes peuvent ralentir et même neutraliser ce déclin. Alors, si un retour aux études est difficile, c’est la preuve que le cerveau est au travail!

Difficulté nº4 : Concilier ses études et son rythme de vie

Même en s’inscrivant sur ChallengeU pour finir son secondaire à distance, un retour à l’école a des impacts sur le quotidien. Il faut tout de même investir du temps pour parvenir à son objectif, n’est-ce pas? Et même avec la meilleure volonté du monde, il y a bel et bien des impacts sur la vie et sur les proches!
Ça ne veut pas dire qu’il est impossible de concilier ses responsabilités et ses études, au contraire. Mais pour éviter l’épuisement ou les disputes, il faut s’assurer de faire certains ajustements. Voici quelques suggestions qui aident à effectuer une transition en douceur :
  • Préparer ses proches et leur expliquer les changements à prévoir.
  • S’organiser des périodes réservées aux études et aviser les personnes concernées.
  • Prendre de l’avance au lieu d’étudier à la dernière minute, pour faire face aux imprévus.
  • Ne pas se sentir coupable de dire « non » quand on a planifié une séance d’étude.

Difficulté nº5 : Une mémoire moins performante

Lorsqu’on retourne aux études, on peut croire que notre mémoire ne fonctionne plus comme avant. Mais est-ce vrai? La mémoire est-elle vraiment affectée quand on vieillit? Oui et non! Il faut d’abord savoir qu’on a deux types de mémoire : à court terme et à long terme. La première gère tous les petits détails du quotidien, sans les retenir très longtemps. Tandis que la mémoire à long terme, elle, conserve les souvenirs et les connaissances pendant des années. On mémorise donc efficacement quand nos deux mémoires travaillent bien ensemble.
D’une part, il est vrai que la mémoire à court terme faiblit au fil des années. On a aussi beaucoup plus de choses à retenir quand on est adulte, ce qui n’aide pas! Toutefois, la mémoire à long terme fonctionne toujours aussi bien avec l’âge. On est donc capable d’apprendre et de mémoriser tout au long de notre vie. Il faut simplement comprendre que la mémoire filtre différemment les informations. Pour bien réussir, il faudra juste opter pour des stratégies de mémorisation efficaces!

Difficulté nº6 : Les notions sont loin et ont parfois changé

C’est un fait : plus ça fait longtemps qu’on n’a pas étudié, plus la reprise risque d’être difficile au début. De plus, après une longue période d’absence, on peut se rendre compte que la matière a changé. Il peut s’agir de nouvelles règles de grammaire, par exemple.
Il faudra donc accepter quelques complications au départ. Mais au lieu de douter de ses capacités, on doit se rappeler qu’il s’agit d’une étape tout à fait normale. On doit se donner le droit d’éprouver des difficultés. Comme il est conseillé sur ce blogue, il faut se donner un moment pour se réhabituer, se laisser le temps de déprogrammer son cerveau pour ensuite le reprogrammer comme il faut. Après quelques mois, il sera temps de tirer des conclusions!

Difficulté nº7 : Être plus fatigué(e)

Un grand nombre d’adultes éprouve des problèmes avec leur sommeil. En fait, un tiers des Canadiens dorment mal ou pas assez! C’est d’ailleurs pourquoi plusieurs personnes ont des problèmes de concentration, de mémorisation, d’irritabilité ou même de dépression. Bref, on imagine facilement qu’un retour aux études soit perçu comme difficile si on est très fatigué!
Heureusement, on peut mettre des solutions en place pour obtenir un repos de qualité pendant 7 à 9 heures. On doit d’abord veiller à limiter la prise de stimulants (café, sucreries, boissons énergisantes, etc.), se tenir loin des écrans en soirée et être actif pendant la journée. Et surtout, apprendre à relaxer. Bref, comme l’indique ce guide très complet, une bonne hygiène de vie est la clé du succès!

Difficulté nº8 : Un cerveau moins oxygéné

Parlant d’hygiène de vie, l’activité physique peut faire une grande différence lors d’un retour aux études. En effet, il est prouvé que la pratique régulière d’un sport améliore les facultés de concentration et de mémorisation. Comment? Parce que le cerveau reçoit alors plus d’oxygène, ce qui lui donne un excellent coup de pouce!
En somme, l’hygiène de vie est une véritable spirale positive. Plus on fait de l’exercice, plus on est en forme et performant, ce qui nous aide également à avoir un meilleur sommeil. Et plus on dort mieux, plus on est motivé et efficace!

Bonne réussite!

À votre avis, quel obstacle est le plus dur à surmonter lors d’une reprise des études? Si vous avez des trucs, n’hésitez pas à les partager avec nous!